éditos

Nous sommes très heureux de vous présenter notre analyse des entreprises du numérique français.
Cette étude, initiée par PwC en 2008 en partenariat avec TECH’IN France porte, à l’instar des années passées, sur les éditeurs de logiciels, les éditeurs de jeux vidéo ainsi que les fournisseurs de services Internet.
Le logiciel est au coeur de la transformation de la planète. Il n’existe plus aucun secteur de l’économie qui échappe à son emprise. Les technologies s’approprient progressivement les métiers. En parallèle, les métiers s’approprient les technologies.
Il ne s’agit plus seulement d’optimiser un processus, de gérer une transaction ou de stocker de l’information, mais plutôt d’imaginer, de créer de nouveaux usages, de penser les produits et services comme des expériences qui se nourrissent continuellement des usages pour évoluer et se transformer. Au-delà de l’imagination, créer la valeur dans cette économie nécessite de maîtriser des données, c’est-à-dire de les capter, de les sécuriser, de leur donner du sens et de les restituer au travers de plateformes. Ainsi, les modèles économiques se transforment, chacun développant des compétences qui empiètent sur des domaines autrefois réservés à d’autres, indépendamment du secteur d’activité d’origine (matériel, immatériel ou services). Ces évolutions rendent par ailleurs délicate la constitution de classements sectoriels homogènes, qu’il convient donc de relativiser en conséquence.
Pour témoigner de ces tendances, nous avons choisi cette année de ne pas aborder la question à partir des technologies émergentes, mais plutôt d’illustrer l’impact de ces technologies au travers de quelques usages représentatifs : se Déplacer, se Nourrir, Imaginer et Construire, Consommer et Payer ; l’idée étant par ailleurs de recueillir les points de vue à la fois d’acteurs traditionnels des métiers et d’entreprises technologiques investissant les métiers.

Plutôt que d’illustrer des phénomènes de substitution, parfois amplifiés par les chantres de la disruption, il est frappant d’observer le foisonnement et les complémentarités qui naissent des interactions entre les deux mondes. Et la France, par son remarquable tissu de startups, couplé à l’ouverture et aux investissements des secteurs traditionnels dans les technologies, témoigne d’une créativité remarquable. Enfin, nous avons choisi de recueillir un ensemble de témoignages sur l’Intelligence Artificielle, compte tenu de l’importance prise par les développements de ces technologies, qui petit à petit, ouvrent de nouvelles perspectives de pertinence et de création de valeur pour les entreprises du secteur. Quelques chiffres pour finir: le top 100, c’est 12,2 milliards d’euros de chiffre d’affaires, une croissance de 11,8 % par rapport à l’année dernière. Les investisseurs ne sont pas en reste. Année après année, pour les éditeurs de logiciels côtés, la moyenne des progressions du cours des éditeurs français est supérieure à la progression du CAC 40 et du NASDAQ. Ainsi, la progression moyenne des cours de bourse des éditeurs de logiciels a progressé de près d’un tiers (29 %) depuis le début du premier trimestre 2016. En comparaison, le NASDAQ ne parvient pas à égaler cette performance. Le secteur prouve encore une fois sa résilience et sa contribution positive à l’économie. Avec « Les 100 Digital », PwC confirme son engagement auprès des entreprises du numérique français, en les accompagnant avec une gamme complète de services adaptés aux entreprises de toute taille du secteur, comprenant l’audit, le conseil en organisation et en stratégie, l’assistance dans les transactions et le conseil juridique et fiscal. Nous espérons que cette nouvelle publication vous apportera un éclairage pertinent sur un secteur riche de promesses.

Pierre Marty, Associé PwC, Responsable du secteur Technologies

border_580PX

Capture d_écran 2017-05-31 à 11.50.15

Chers amis,
Voilà bientôt 10 ans que nous livrons chaque année les résultats de cette grande enquête menée avec PwC et depuis quelques années le SNJV. C’est certainement l’enquête la plus fiable car elle fait l’objet d’une analyse rigoureuse croisée entre TECH IN France et PwC. Cette enquête démontre une nouvelle fois que ce sont nos entreprises qui tirent la croissance en France avec une croissance moyenne de + 11,8% pour le Top 100. C’est pourquoi TECH IN France s’est engagée fermement pendant la campagne présidentielle pour que le numérique occupe une pleine place dans les débats.
Nous avons formulé 35 propositions en faveur de la tech en France, dont 3 propositions concrètes exclusivement consacrées au financement des startups. Nous allons évidemment poursuivre ces débats avec les équipes du nouveau Président de la République et le secrétaire d’État en charge du numérique. Car ce palmarès formidable ne doit pas cacher que nos entreprises ne disposent pas aujourd’hui des moyens de leur croissance. Le risque de l’innovation doit être demain davantage incité et récompensé. C’est l’une des clefs du succès de nos modèles ! Et il n’y aura pas de transformation numérique en France, ni même de transition écologique, si la France ne devient pas une puissance numérique, si nos entreprises ne sont pas davantage soutenues dans leur croissance.

Bertrand Diard, Président de TECH IN France

border_580PX

Le Jeu Vidéo est un symbole éclatant des industries culturelles innovantes, et du rôle majeur que peut y jouer la France sur la scène internationale. C’est un secteur emblématique car il entremêle des problématiques proprement culturelles à des considérations de R&D et d’innovation extrêmement pointues.
Mais c’est beaucoup plus qu’un symbole : par sa croissance et son rayonnement culturel et sociétal de plus en plus important, le jeu vidéo sera une industrie-clef dans la France de demain.
Plusieurs conditions sont nécessaires pour que la France, grande nation du Jeu Vidéo, puisse tenir son rang. On peut citer en premier lieu la stabilité fiscale, tant il est vrai que le processus créatif, dans les arts comme dans les techniques, a besoin de solidité, de calme, de constance.
La priorité, c’est aussi le financement de l’innovation. Dans un contexte de difficulté – très française – d’accès au capital, il semble d’une très grande importance que les pouvoirs publics pérennisent les dispositifs d’incitation à la R&D (CIR, JEI) ou à la création (CIJV) qui permettent à nos entreprises d’être compétitives à l’échelle mondiale.
Donnons à nos créateurs la liberté de créer : ils feront le reste !

Levan Sardjevéladzé, Président SNJV