Logiciels

Consolidation de la part de l’industrie française sur le marché mondial

Le Top 100 du logiciel consolide ses positions sur le marché mondial en atteignant près de 6,4 Md€ avec une croissance de 10,6%, rythme proche de celui de l’an dernier. Cette performance est liée à une balance des acquisitions positive et à la croissance SaaS de 17%, mais également à un taux de change favorable pour les acteurs ayant une forte présence à l’international.

 

PLM – Acteurs mondiaux de l’usine numérique

Le PLM (Product Lifecycle Management), grâce à ses fleurons français, acteurs de la transformation de l’usine numérique de demain, continue de tirer la croissance de l’industrie française du logiciel représentant 44% cette année, contre 41% l’an dernier.

Ainsi, Dassault Systèmes, numéro 1 mondial du secteur, croît de 23%, avec une croissance organique de 8%, couplée à l’impact des acquisitions menées en 2014 qui avait atteint le montant impressionnant de 952.9 M€. Ces investissements ont permis d’acquérir des sociétés dans plusieurs secteurs clés comme les sciences de la vie, le marketing ou la gestion des activités de sous-traitance et logistique.

ESI, Top 9, bénéficie de l’adoption de ses solutions de prototypage virtuel dont il accroit encore la portée au moyen de 6 acquisitions de société depuis la fin 2014. Graitec, 2ème éditeur de logiciel pour l’Ingénierie de la Construction, a bénéficié de l’impact positif de ses acquisitions en 2014, de technologies ou de revendeurs en Angleterre, Italie et Europe de l’Est.

Il faut également noter la solidité de Lectra, numéro un mondial des logiciels et des systèmes de découpe par laser, et d’IGE XAO, acteur du PLM dédié à l’électricité.

La banque-assurance, dont le poids est passé de 14 à 13% en 2015, n’a pas connu de fortes évolutions. L’année 2016 sera marquée par le renforcement de Sopra Steria qui a annoncé en ce début d’année le rachat de Cassiopae, ce qui lui permettra de prendre position outre atlantique.

 

Infrastructure – Regard tourné vers les Etats-Unis.

Les regards de ces acteurs sont résolument tournés vers l’Amérique du Nord. Prenons l’exemple de 2 de nos pépites du Top 100 présentes dans des domaines porteurs, et qui connaissent des croissances spectaculaires :

  • Scality, dans le domaine du Cloud : même si la société et ses dirigeants sont français, son quartier général est établi à San Francisco et ses principaux investisseurs sont Microsoft et HP.
  • Talend dans le domaine du Big Data : c’est également aux Etats-Unis que Talend recherche ses investisseurs, et a établi son centre de décision.

Mega International dans le domaine de l’architecture et GRC enregistrent une forte croissance de 51% dans la vente de produits logiciels, portés par les marchés d’Asie-pacifique ainsi que par les marchés américains qui représentent près d’un tiers de leurs ventes. CAST, leader mondial du marché de l’analyse et de la mesure des logiciels, progresse de 10% notamment grâce aux Etats-Unis qui représentent maintenant 50% des ventes.

Le développement d’Axway, Top 5, est également passé par un investissement aux Etats-Unis avec l’achat de Tumbleweed en 2008. Après une série d’acquisitions, 2015 a été une année d’élargissement de son offre historique de Middleware dans le but d’accompagner ses clients dans leur transformation digitale.

Grâce à ce rayonnement international, les acteurs français de l’infrastructure ont connu une bonne année 2015.

 

GED – Focus sur l’international

Les principaux acteurs de GED (Gestion Electronique des Documents) mènent des acquisitions afin d’accélérer leur développement international. Ce mouvement se poursuit en 2016 avec un début d’année marqué par l’acquisition d’ Intalio par Everteam, éditeur de logiciel BPM/Workflow aux Etats-Unis. Le renforcement sur le BPM est également la stratégie suivie par Itesoft, qui a acheté à la mi-2015 W4, un des principaux acteurs français du BPM. Le choix d’Esker s’est porté sur CalvaEDI en France, et une start-up aux Etats-Unis.
Tessi, société présente sur la totalité de la chaîne de la gestion des documents Logiciel mais également conseil, intégration et BPO, a surpris par sa boulimie avec pas moins de 6 acquisitions en Espagne et en Suisse notamment.

 

Structuration de la Cybersécurité

Le secteur de la Cybersécurité poursuit sa structuration après le rachat de Dictao par Morpho (Groupe Safran) en 2014. A noter que Arkoon et Netasq, filiales à 100% d’Airbus Defence and Space CyberSecurity, opèrent maintenant la marque Stormshield et proposent tant en France qu’à l’international des solutions de sécurité de bout-en-bout. IDnomic, nouveau nom d’OpenTrust et dont les actionnaires industriels sont notamment Safran et Gemalto, a cédé en 2015 ses activités de signature numérique et certificat à la société américaine DocuSign, plateforme de Gestion des Transactions Numériques. Atos consolide ses différentes solutions de Cybersécurité suite notamment au rachat de Bull. Seul l’acteur du Top 100 Deny All reste indépendant.
Croissance du SaaS

La croissance de 17% des acteurs du SaaS du Top 100 est liée à des croissances organiques comme celle de Talentsoft (28%) et Cegid (+32%) qui a renforcé sa position avec le rachat de Technomedia (SaaS RH canadien) et Altaven (plate-forme fiscale).
Dans le domaine du SaaS achats, il ne reste plus qu’Ivalua comme acteur indépendant dans le Top 100, après le rachat en 2015 de SynerTrade par l’ESN Econocom, et également de Hubwoo par un des derniers spécialistes américains Perfect Commerce, qui disparait donc de ce Top 100.